Epargne : les placements qu’il faut avoir.

Ces dernières années, certaines remarques des épargnants reviennent de manière récurrente lors d’entretien d’épargne : ce placement rapporte trop peu, la fiscalité est trop élevée, je ne veux pas entendre parler de la bourse, c’est trop compliqué et je ne sais pas quoi faire… Pour vous aider dans vos choix, nous allons vous présenter les placements qui pour nous sont incontournables si vous souhaiter vous constituer une épargne cohérente et performante.

Par marketing Publié le 23 Sep, 2014.
organiser son épargne

Ces dernières années, certaines remarques des épargnants reviennent de manière récurrente lors d’entretien d’épargne : ce placement rapporte trop peu, la fiscalité est trop élevée, je ne veux pas entendre parler de la bourse, c’est trop compliqué et je ne sais pas quoi faire… Pour vous aider dans vos choix, nous allons vous présenter les placements qui pour nous sont incontournables si vous souhaiter vous constituer une épargne cohérente et performante.

Les livrets bancaires.

C’est le premier placement à avoir. C’est un incontournable. Il est nécessaire d’avoir un livret d’épargne de manière à se constituer une réserve de précaution qui vous servira en cas de coup dur inattendu. Ici les fonds doivent être totalement disponibles et sécurisés. Dirigez vous principalement vers les livrets défiscalisés comme le Livret A, LDD ou LEP. En cas de promotion intéressante, les livrets bancaires peuvent représenter un bon choix, notamment ceux des banques en ligne du type ING Direct, BforBank ou encore Fortuneo (liste non exhaustive bien entendu).

De manière générale les experts conseillent de déposer jusqu’à 3 mois de salaires sur les livrets d’épargne. Au-delà, cela n’est plus nécessaire car la très faible rémunération (autour de 1% actuellement) dégrade la rentabilité globale de votre patrimoine.

Le Plan d’Epargne Logement.

Depuis 2013, le PEL fait son grand retour. Les arguments sont simples : un taux garanti à 2,5% brut (2,1125% nets des prélèvements sociaux) avec une sécurité totale. De plus, au bout que 4 ans vous pouvez prétendre à un prêt immobilier à taux avantageux.

C’est le placement de moyen terme à avoir absolument si vous souhaitez vous constituer un capital sur un horizon de 3 à 6 ans. Pourquoi le moyen terme ? Car les retraits ne sont pas possibles sur le PEL. Il faut obligatoirement le clôturer pour récupérer les fonds. Or, si la clôture intervient avant les 3 ans du placement, le taux de rémunération est recalculé au taux du CEL (compte épargne logement) qui s’établit aujourd’hui à 0,75%... pas fameux.

Ouvrir un PEL n’a donc d’intérêt que si vous le conservez au moins 3 ans.

L’assurance-vie pour le long terme.

Si votre horizon de placement est le long terme (transmission d’un patrimoine, préparation de la retraite, etc.) n’hésitez pas. L’assurance-vie est actuellement le placement combinant le plus d’avantages que ce soit en termes de fiscalité, de succession ou de rémunération.

Véritable couteau suisse de l’épargne, l’assurance-vie vous permet de bénéficier d’un rendement aux alentours des 3% voir plus pour les meilleurs contrats. C’est vraiment le meilleur conseil qu’un conseiller bancaire puisse vous donner.

Vous pouvez choisir d’investir votre épargne sur des fonds sécurisés ou élaborer une stratégie d’investissement plus dynamique en choisissant des fonds cotés sur les marchés. Les possibilités sont nombreuses.

Les gros épargnants peuvent bénéficier d’une qualité de conseil pointue avec les nombreux services de gestion sous mandat que proposent les assureurs et banquiers.

L’assurance-vie est particulièrement intéressante sur le long terme car à partir du 8ème anniversaire du contrat, les intérêts bénéficient d’un gros abattement fiscal. Ils ne sont presque plus imposés.

Pour aller plus loin…

Les trois placements précédents représentent une structure d’épargne solide et organisée. Celle-ci peut constituer la base de votre patrimoine financier avec une gestion en « bon père de famille », c’est-à-dire de manière responsable et avec une prise de risque limitée. Cette structure peut s’appliquer quel que soit le montant de votre épargne. En respectant toujours la logique : épargne de précaution, épargne de moyen terme et enfin épargne de long terme.

Pour ceux qui souhaitent dynamiser et diversifier leur patrimoine, d’autres solutions d’investissement peuvent être développées en parallèle de la structure de base.

Par exemple l’investissement sur les marchés financiers avec un PEA ou un compte titres. Cela permet de bénéficier de la croissance de certains marchés mondiaux ou européens. Comme pour l’assurance-vie, il est possible de se faire conseiller dans la gestion de son portefeuille, voire de la déléguer avec les mandats.

Il est également possible d’investir dans l’immobilier pour diversifier les risques. Ici aussi plusieurs solutions s’offrent à vous comme l’investissement locatif classique, l’investissement de défiscalisation pour les gros contribuables ou encore l’investissement indirect via les SCPI.

J'aime Je n'aime pas
788 personnes aiment ça et 709 n'aiment pas.

Commentaires (0)

Rédiger un commentaire





Tags autorisés : <b><i><br>Ajouter un nouveau commentaire :



Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Avec des taux historiquement bas et qui battent des records de mois en mois, la période est propice aux investissements immobiliers, d’autant que les prix des biens sont contenus par un marché atone. Ces conditions de crédit favorables ne doivent pas baisser votre vigilance sur les conditions de prêt que vous proposent les établissements financiers. Voici quelques points à contrôler avant de valider l’offre de votre conseiller bancaire et pourquoi pas faire jouer a concurrence…