Dossier : bien compléter sa retraite.

Bien préparer sa retraiteLa retraite est devenue un sujet primordial pour les français ces dernières années. En effet suite aux modifications de la pyramide des âges de la population le financement du système n’est plus assuré. En effet en France nous avons un système par répartition basé sur la solidarité intergénérationnelle, c’est-à-dire que les travailleurs paient par le biais des cotisations salariales les retraites des anciens actifs. Dans les pays anglo-saxons au contraire les systèmes par capitalisation sont favorisés. Les travailleurs épargnent toute leur vie active pour financier leur retraite. L’état n’intervient que pour verser un minimum social aux plus démunis.

Le système français atteint ses limites ces dernières années pour plusieurs raisons :

-Une population qui a une espérance de vie en augmentation d’un an tous les 4 ans. Ce phénomène est lié à l’amélioration des conditions de vie et au développement de la médecine. Les retraités vivent de plus en plus longtemps, donc leurs retraites coutent donc plus cher.

-Une augmentation du nombre de personnes âgées par rapport aux actifs. Ce phénomène découle directement de l’allongement de l’espérance de vie doublée de la baisse de la natalité ces dernières décennies. De plus nous subissons le contre coup du Baby Boom, avec cette génération qui part en masse à la retraite. De ce fait la part des actifs tend à diminuer par rapport aux retraités. En 2060, une personne sur trois aura plus de 60 ans !

Face à ces constats le financement des retraites devient de plus en plus complexe car les cotisations alimentant les caisses du système sont prélevées sur les salaires des actifs. Comme ceux-ci voir leur proportion diminuer par rapport au nombre de retraités toujours plus croissant, l’équilibre n’est plus assuré. Les gouvernements doivent donc faire face à cette impasse. Différentes solutions existent :

-Fondamentalement, soit abandonner le système par répartition et passer à un système de capitalisation. Le risque étant l’augmentation des inégalités et le refus de la population face au changement.

- Soit modifier le système actuel pour assurer sa pérennité en augmentant les recettes et en baissant les dépenses.

retraite vieillesseLes principales réformes ont eu tendance à privilégier la seconde solution : allongement de la durée d’activité avec un âge de départ à la retraite qui est passé à 62 ans et même 67 ans pour le taux plein, augmentation des cotisations, baisse et plafonnement des retraites, etc. Cependant ce système atteindra ses limites et le système par capitalisation devra si ce n’est se substituer, au moins prendre le relais du système par répartition. Il est très possible que dans les prochaines années, le financement des retraites soit une combinaison des deux systèmes :

-Un système par répartition assurant une pension minimum à tous.

-Un système par capitalisation venant en complément du système par répartition.

Certaines dispositions encouragent tout de même la constitution privée d’un complément de retraite. Ces dernières années, différents dispositifs ont été mis en œuvre pour encourager ce phénomène de capitalisation. Notamment avec les plans d’épargnes retraites du type PERP pour les salariés et les contrats MADELIN pour les indépendants. Les dispositifs d’épargne entreprise avec les PEE ou encore PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectifs). Il est fort à parier que l’Etat encouragera dans les années à venir ces dispositifs par capitalisation qui déchargeront les finances publiques. Le récent débat sur le financement de la dépendance en est encore une preuve, avec la volonté de favoriser grâce à des avantages fiscaux, la prise en charge des frais de dépendance par des assurances privées souscrites par les particuliers.

Nous vous rappelons que même à taux plein (départ à 67 ans ou avant si anticipé selon votre génération), votre retraite sera plafonnée à 50% de votre salaire de référence (salaire moyen des 25 meilleures années). Les complémentaires retraites vous permettront un complément mais il sera cependant difficile de dépasser 70% de votre salaire d’actif. En 2020, la retraite moyenne d’un cadre sera de 56% et celle d’un travailleur au SMIC de 76%. En d’autre terme une personne gagnant 3000€ en période d’activité pourra prétendre à une retraite allant de 1500€ à 2100€ selon les complémentaires. Et pour une personne avec un salaire de 2000€ nous tombons à une tranche allant de 1000€ à 1400€. Autant dire que la perte de revenu est importante et que votre situation financière sera relativement dégradée, surtout si vous n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale et que vous avez un loyer à payer.

Les particuliers se retrouvent donc dans la situation suivante : avec un système de retraite fragile, qui a tendance à diminuer les pensions, comment s’assurer un niveau de retraite satisfaisant ?

La solution consiste à se constituer un complément pour ne pas souffrir de la baisse des revenus. Différentes phases vont jalonner ce projet : une phase de constitution de capital et une phase de rente ou perception de revenus réguliers, tirés du précédent capital constitué.

-La première phase à lieu pendant la période d’activité. Votre but sera d’augmenter au maximum votre patrimoine. Epargne, immobilier, il est intéressant de diversifier vos investissements pour répartir le risque et la rémunération de votre patrimoine. Vous rechercherez principalement les produits offrant des rendements élevés voir des avantages fiscaux : assurance-vie, bourse, immobilier locatif et/ou défiscalisant.

-La seconde phase consiste à tirer des revenus de ce patrimoine que vous aurez constitué. Autant dire que plus celui-ci sera élevé et plus les revenus seront importants. Différentes solutions s’offre à vous : immobilier locatif pour percevoir des loyers, produits financiers à rente (obligations, assurances-vie, SCPI, etc.). Votre objectif sera de sélectionner les investissements offrant les rentes les plus importantes. Il est également important de ne pas négliger la fiscalité de ces compléments de revenus. Car à performance équivalente, l’imposition sera votre arbitre.

Nous allons abordez les différentes solutions qui s’offre à vous. Nous commencerons par les solutions immobilières et ensuite les placements. Il va de soit que si vous en avez la possibilité, investissez dans les deux domaines. Vous bénéficierez ainsi d’une meilleure répartition du couple risque/rentabilité.


Au sommaire de ce dossier :

100%x200

Compléter sa retraite avec…

Lire la suite

100%x200

Compléter sa retraite avec…

Lire la suite


J'aime Je n'aime pas
502 personnes aiment ça et 451 n'aiment pas.

Commentaires (0)






Tags autorisés : <b><i><br>Ajouter un nouveau commentaire :



Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Avec des taux historiquement bas et qui battent des records de mois en mois, la période est propice aux investissements immobiliers, d’autant que les prix des biens sont contenus par un marché atone. Ces conditions de crédit favorables ne doivent pas baisser votre vigilance sur les conditions de prêt que vous proposent les établissements financiers. Voici quelques points à contrôler avant de valider l’offre de votre conseiller bancaire et pourquoi pas faire jouer a concurrence…