Compléter sa retraite avec les placements d'épargne.

Une multitude de placements bancaires existent, livrets, comptes à termes, bourse, PERP, PEL, assurance-vie, etc. Comme nous l’avons dit précédemment, votre objectif sera de privilégier pendant votre période d’activité les placements offrant les meilleurs rendements. N’hésitez pas à profiter des promotions régulières des établissements financiers comme les placements boostés. Une fois votre capital développer vous pourrez en tirer des revenus soit par des rentes viagères, soit en rachetant les intérêts produits de manière mensuelle ou trimestrielle. A côté de ces placements boostés, l’assurance-vie représente également une alternative intéressante. Vous profitez à la fois d’une bonne rémunération, d’une fiscalité attractive et de la possibilité d’obtenir des rentes. La seule contrainte vient du fait que ce placement est intéressant sur le moyen long terme. Nous l’aborderons par la suite.

De manière générale vous l’aurez compris, il faut faire fructifier vos économies. Comparez les offres des établissements financiers et n’hésitez pas à jouer de la concurrence ! Des comparatifs sont à votre disposition sur notre site. A côté des placements classiques, d’autres plus spécifiques à la retraite existent : les PERP et PERCO par exemple. Nous allons vous détailler dans un premier temps leur fonctionnement et avantages. Nous verrons enfin le fonctionnement des placements financiers plus spécifiques que sont l’assurance-vie et la Bourse et comment les utiliser pour votre retraite.

1) les placements spécifiques à la retraite.

PERP-Le PERP, complément de retraite et défiscalisation : Le Plan d’Epargne Retraite Populaire admet le fonctionnement suivant : pendant votre période d’activité vous faites l’effort d’épargner de manière spécifique pour votre retraite. C’est-à-dire que les fonds sont bloquer jusqu’à la fin de votre vie active. Les conditions de récupération existent mais elles sont très restrictives. Une fois à la retraite vous récupérerez votre épargne et ses intérêts. Soit sous forme de rente viagère, c'est-à-dire que vous recevrez un somme tout au long de votre vie, soit en débloquant une partie directement au moment du départ et le reste en rente viagère. Le déblocage total n’est cependant pas possible.

Face à cet effort d’épargne et la contrainte de blocage des fonds, l’état vous accorde une réduction fiscale. En effet les sommes versées sur votre PERP sont déductibles de votre revenu imposable. C’est donc un également un bon moyen de faire de la défiscalisation. De plus, sous certaines conditions vous pouvez obtenir des exonérations d’ISF. En résumé, le PERP est à la fois un outil de complément de retraite et de défiscalisation. La contrainte principale vient du fait que les fonds sont bloqués jusqu’au départ en retraite et difficilement récupérables avant. De plus le capital ne sera récupérer que sous forme de rente viagère et pas d’un seul coup. Le PERP est très intéressant en tant que complément à d’autres dispositifs de soutien à la retraite.

Les indépendants et professions libérales peuvent également bénéficier du PERP. Ce sont les contrats MADELIN. Les conditions sont quasiment les même que pour le PERP des salariés. La différence est que le plafond de déduction est plus important. La défiscalisation peut donc être encore meilleure. La contrainte principale est que les versements réguliers sont obligatoires sur un PERP Madelin. Il n’est pas possible de les suspendre contrairement aux salariés. Cependant il est possible de diminuer très fortement le montant des versements, simulant ainsi un arrêt.

Pour plus d’information sur les dispositions fiscales et le fonctionnement des PERP, veuillez consulter la rubrique sur le PERP.

Dernière précision concernant les fonctionnaires et leurs conjoints. Ceux-ci peuvent adhérer au Préfon-retraite. Différents assureurs le commercialisent. Le fonctionnement est similaire au PERP. Une phase d’épargne pendant la durée d’activité, avec une liquidation uniquement au moment de la rentraite sous forme de rente viagère ou un versement en capital jusqu’à 20%. La différence vient du mode de calcul. Les versements comptent pour des points. L’âge de déblocage optimal est de 60 ans. Le Préfon-retraite peut être liquidé dès 55 ans mais une minoration de la rente sera appliquée. Par contre si la liquidation à lieu après 60 ans une majoration augmentera le montant de la rente. Celle-ci est imposée de la même manière que la rente du PERP, c'est-à-dire à 90%. Dernier rappel les versements sur Préfon-retraite sont déductibles du revenu imposable dans la limite de 10% du revenu annuel comme pour le PERP classique. Attention ce plan est commun aux deux plan, il n’est donc pas possible de cumuler les réductions d’un Préfon-retraite et celles d’un PERP.

-Utiliser les PEE et PERCO des entreprises : votre entreprise peut proposer un PEE (Plan d’Epargne Entreprise) ou encore un PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectif). Le PEE est un plan d’épargne sur lequel les salariés peuvent verser leur participation et intéressement annuel et surtout profiter de l’abondement de l’entreprise. L’abondement est une prime que verse l’entreprise si le salarié décide de placer des fonds dans le PEE. Une fois dans le PEE, vous disposez de différents supports du type OPCVM (SICAV) pour placer votre argent. Les fonds sont bloquer pendant 5 ans et sont récupérables par la suite. L’intérêt du PEE réside principalement en 2 points : profiter de l’abondement de l’entreprise : l’épargne totale est supérieure à l’effort consenti par le salarié seul grâce à l’abondement. Les sommes investies bénéficient d’une exonération d’impôt sur le revenu. Ainsi vous défiscalisez une partie de votre salaire.

Le PERCO quant à lui bénéficie des mêmes avantages en termes d’abondement : vous profiter d’une épargne supérieure à l’effort réellement consenti. Cependant, comme pour le PERP, les sommes engagées restent bloquées jusqu’au départ à la retraite. C’est donc un placement de long terme et spécifique à la retraite. Fiscalement le PERCO présentent plusieurs avantages : les sommes versées bénéficient d’une exonération d’impôt sur le revenu comme pour le PEE. Cependant à l’inverse du PERP, les versements ne sont pas déductibles du revenu imposable. A la sortie du plan vous avez le choix entre une rente défiscalisée comme pour le PERP ou un déblocage mais cette fois-ci total. Il est donc possible de liquider complètement sont PERCO d’un seul coup. Dans ce cas le capital ne subira pas d’imposition mais supportera uniquement les prélèvements sociaux sur les intérêts produits (actuellement 13.5%). Enfin sachez que si vous choisissez la liquidation par rente viagère, son imposition sera plus intéressante qu’avec un PERP. Seul 40% de la rente sera imposable si vous la demandez avant 60 ans et même 30% entre 60 ans et 70 ans. La rente du PERP est imposée que 90% de sa valeur.

2) Les placements financiers.

Placements financiersPour financer votre retraite vous pouvez recourir à d’autres placements que les épargnes retraite. Comme cité précédemment, votre objectif sera de développer au maximum votre patrimoine pendant votre vie active, pour ensuite profiter de revenus complémentaires au moment de votre retraite. De manière générale profitez tant que possible des placements boostés. Régulièrement des offres vous proposent une sur-rémunération sur une période de 3 mois à 1 an. Les taux varient entre 1,5 fois et 2 fois la rémunération standard de l’épargne bancaire. A côté de ces placements liquides, vous pouvez investir sur deux types d’investissements relativement intéressants sur le moyen long terme : l’assurance-vie et la bourse. Ils proposent à la fois une rémunération plus importante que les placements bancaires classiques (livrets, comptes à terme) mais également une fiscalité intéressante que ce soit en phase de capitalisation (pendant la vie active) ou en phase de distribution de revenu (au moment de la retraite.)

-L’assurance-vie : ce contrat présente des avantages à plusieurs niveaux.

*La rémunération : les fonds monétaires proposent des rémunérations supérieures aux livrets d’épargne. Pour 2011 les contrats ont présenté une rémunération allant de 3% à 4% pour les meilleurs. Sur le long terme votre épargne sera d’autant plus démultipliée. De plus les assurances-vie d’aujourd’hui proposent l’accès aux marchés financiers. Vous pouvez investir en bourse par le biais d’OPCVM (SICAV et FCP). Des services haut de gamme permettent même la gestion sous mandat. Ainsi de véritable professionnels gère votre épargne et réalisent des arbitrages entre différents fonds. Le rendement servi est souvent très intéressant, et parfois même à deux chiffres. En résumé l’assurance-vie propose des fonds monétaires sécurisés plus intéressants que l’épargne classique et un accès à la bourse pour doper vos performances.

*la fiscalité : les intérêts générés par votre contrat ne subissent pas d’impôt mais uniquement les prélèvements sociaux si vous n’effectuez pas de retraits. La fiscalité s’appliquera uniquement en cas de retraits. De plus, au bout de 8 ans, un abattement très important s’appliquera. De ce fait vos retraits ne seront pas fiscalisés ou très peu. Vous pourrez ainsi récupérer les intérêts de votre contrat tous les mois ou trois mois et vous constituer des compléments de revenus sans que ceux-ci ne soient lourdement imposés. Nous précisions que les plus-values boursières sont considérées comme des intérêts parmi d’autres. La fiscalité appliquée sera donc la même. Grâce à l’assurance-vie vous échappez à la fiscalité boursière du compte titre qui est très lourde (34.5%).

*la transmission : l’assurance-vie permet de réaliser d’importantes économies sur la transmission de patrimoine. D’une part car les sommes présentent sur votre contrat sont considérés comme « hors succession ». C’est-à-dire qu’elles n’entrent pas dans le calcul des droits de succession et donc permettront de minorer ces derniers. D’autres part car un abattement de 152.500€ s’applique par bénéficiaire du contrat si vos versements ont été effectués avant 70 ans. Ainsi une personne pourra transmettre à ses 2 enfants jusqu’à 305.000€ sans frais (deux fois 152.500€) grâce à son contrat. Nous précisons que ces abattements sont cumulables avec les abattements classiques sur les successions, à savoir 100.000€ par enfant. Ainsi cette même personne pourra transmettre à ses 2 enfants jusqu’à 505.000€ sans frais : 305.000€ avec l’assurance-vie et 200.000€ (100.000€ par enfant) par la succession classique.

Dernière remarque, l’assurance-vie est un contrat de long terme. D’une part car les abattements fiscaux interviennent à partir de 8 ans et d’autre part car les contrats présentent souvent des frais sur versement. Il faudra plusieurs années pour les rentabiliser. L’assurance-vie est donc une solution d’épargne très intéressante pour votre retraite et la transmission de patrimoine, mais doit venir en complément d’une épargne plus liquide (livrets, comptes à terme, etc.). Pur plus d’informations, veuillez consulter notre rubrique sur l’assurance-vie.

Bourse-Investir en bourse pour valoriser un capital : Investir en bourse est très intéressant pendant votre période d’activité car c’est tout simplement l’investissement le plus rentable sur moyen/long terme. De nombreuses études le confirment, sur 10 ans c’est la bourse qui rapporte le plus. Vous avez le choix entre un compte titre et un PEA.

*Le compte titre : si sa fiscalité est très lourde, 34.5% sur les plus-values, il présente l’avantage de n’admettre aucune limite de montant, il permet l’accès à l’ensemble des produits financiers (OPCVM, dérivés, CFD, actions internationales) et surtout l’utilisation du SRD qui permet la vente à découvert. Le compte titre vous servira principalement lors de votre phase de constitution de capital. Si vous ne vous sentez pas capable de gérer un portefeuille boursier, de nombreux établissements proposent la gestion sous mandat. Des professionnels du trading s’occuperont d’effectuer les investissements à votre place. La gestion sous mandat devient de plus en plus accessible avec niveaux d’entrée à seulement 5000€ sur certains contrats.

*Le PEA : si les produits éligibles sont plus restreints (actions et fonds européens, pas tous les CFD et autres dérivés), et les versements limités à 132.000€, le PEA présente l’avantage d’une fiscalité beaucoup plus faible. Au bout de 5 ans, vos gains sont exonérés d’impôts. Seuls les prélèvements sociaux s’appliquent. Ainsi le PEA peut être considéré comme un placement de capitalisation. Il vous permettra d’augmenter de manière significative le rendement de votre épargne. Ici aussi vous pourrez passer par un mandat de gestion si vous souhaitez accéder à une gestion professionnelle.

Le PEA présente aussi un avantage fiscal lors de la phase de rente au moment de votre retraite. En effet, si votre PEA a plus de 8 ans vous pourrez :

-Effectuer des rachats réguliers qui ne seront pas imposés sur le revenu et laisser les fonds restants travailler.

-Mettre le contrat en rente viagère, comme pour un PERP. Dans ce cas, les rentes sont complètement exonérées d’impôt sur le revenu ! Le PEA est l’outil qui vous permet une fiscalité des rentes la plus avantageuse.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la rubrique sur le PEA.



J'aime Je n'aime pas
502 personnes aiment ça et 387 n'aiment pas.

Commentaires (0)






Tags autorisés : <b><i><br>Ajouter un nouveau commentaire :



Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Avec des taux historiquement bas et qui battent des records de mois en mois, la période est propice aux investissements immobiliers, d’autant que les prix des biens sont contenus par un marché atone. Ces conditions de crédit favorables ne doivent pas baisser votre vigilance sur les conditions de prêt que vous proposent les établissements financiers. Voici quelques points à contrôler avant de valider l’offre de votre conseiller bancaire et pourquoi pas faire jouer a concurrence…