Déterminer son profil d'investisseur et diversifier son portefeuille.

profil investisseur1)      Déterminer son profil :

Avant toute chose il faut déterminer votre profil d’investisseur. Quelle somme placer ? Quel niveau de risque est vous prêt à supporter (prise de risque limitée ou très élevée) ? Quel est votre horizon de placement ? Combien d’années ? Avez-vous besoin des sommes investies ? Etc.

L’investissement en bourse se réalise dans une optique de moyen terme à long terme. Il faut donc envisager de ne pas avoir besoin de votre épargne pendant cette période. Ensuite investir en bourse c’est parier sur le succès de telle ou telle société. Or, ce fait n’est pas certain et vous pouvez perdre une partie ou la totalité de votre argent. Il faut être prêt à accepter cela. Nous vous recommandons donc de ne pas investir tout vos économies mais de déterminer un seuil. 10% ou 15% maxi semble correct. Enfin sachez qu’il y a un incontournable ratio en finance, le couple rendement-risque. Quel que soit votre investissement (livret, assurance-vie, bourse, etc.) un faible risque se traduit par un rendement faible et un risque élevé par la potentialité d’une performance. Mais attention, nous avons bien dit la potentialité.

Ensuite il faudra choisir le mode d’investissement. En direct, c’est-à-dire que vous investissez vous-même et directement en bourse. Vous choisissez les actions ou obligations dans lesquelles vous placez votre argent et décidez des différents arbitrages. Cela implique un niveau de connaissance certain et s’adresse plutôt à un public expert.

Pour les moins expérimentés vous pouvez passez parts une gestion moins directe. Vous avez le choix entre les OPCVM ou le mandat de gestion.

-La gestion indirecte : les OPCVM : Les OPCVM sont des organismes qui se chargent de récolter des fonds auprès des investisseurs et de les gérer. Ils comprennent les SICAV et FCP. Une politique d’investissement est précisée par l’équipe gestionnaire qui se chargera elle-même de sélectionner les sociétés investies, les obligations ou encore les produits plus complexes, tout cela dans le but de maximiser la valeur du fonds.

Vous investissez en détenant des parts ou des actions de ces sociétés. Selon leur qualité de gestion, la valeur de ces parts augmentera ou baissera. Il est utile de préciser que ces parts ont souvent un objectif de performance déterminé par avance. Par exemple certains OPCVM cherchent à copier l’évolution du CAC 40 ou d’un autre indice.

En cas de plus-values vous pourrez donc revendre vos parts et dégagez un gain. L’avantage des OPCVM et que d’une part vous n’avez pas à sélectionner et arbitrer au quotidien les valeurs de votre portefeuille, c’est l’équipe de gestion que s’en charge. Vous n’avez qu’à suivre la valeur liquidative du fonds. D’autre part vous pouvez cibler votre investissement.

En effet il existe des OPCVM sur presque touts les domaines : actions françaises, européennes, américaines, pays émergents, Asie, d’autres encore sur les matières premières, sociétés respectant l’environnement… Certains OPCVM dits profilés pratiquent également une politique de gestion adaptées à votre niveau de risque : plutôt sécuritaire, prudente ou dynamique.

Ainsi grâce aux OPCVM vous pouvez décider d’investir en France ou en Asie si vous estimez que le marché y est plus porteur. Vous pouvez aussi choisir le pétrole ou les denrées agricoles si vous anticipez une augmentation du cours des céréales. Les possibilités sont presque infinies.

Vous pouvez diversifier au maximum votre portefeuille sans avoir à sélectionner vous-même les sociétés, ce qui réclame des capacités d’analyses très pointues. Les gérants du fonds le feront à votre place. Vous n’avez qu’à placer votre argent, suivre l’évolution du fonds et effectuer vos arbitrages

-Le mandat de gestion : Le mandat de gestion ou gestion sous mandat pousse encore plus loin la délégation de votre politique d’investissement. Dans le cas précédent des OPCVM c’est encore à vous de sélectionner les différents fonds et d’arbitrer vos gains ou couper vos pertes. Dans le cas du mandat de gestion, vous n’avez plus rien à faire.

Le mandataire gère de A à Z vos avoirs. Il sélectionne les divers fonds ou titres. Il réalise les arbitrages. La gestion est donc complètement déléguée. Vous aurez compris que la qualité du gérant est primordiale. N’hésitez pas à passer du temps à bien sélectionner la maison financière qui s’occupera de votre épargne.

La gestion sous mandat était autrefois l’apanage des grandes fortunes. Les performances sont souvent au rendez-vous chez les meilleurs gérants. Le ticket d’entrée à fortement baissé mais reste  tout de même assez important. Pour une gestion de qualité, il faudrait disposer d’un montant minimum de 20.000€ ou 30.000€ et même à partir de 100.000€ pour certaines maisons réputées.

Les banques en lignes ont démocratisé l’accès à la gestion sous mandat via des partenariats avec certains établissements financiers. L’accès est possible des 5.000€ et même 2.000€ parfois. Attention toutefois à bien vérifier les performances de votre gestionnaire ainsi que sa réputation.

 

diversifier son portefeuille2)      Un principe central : diversifier votre portefeuille.

En dehors de la gestion sous mandat (qui est complètement déléguée). Si vous choisissez d’investir en direct ou via des OPCVM, respecter au maximum ce principe de base : la diversification. Ce bon sens rejoint le proverbe « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

Investir dans une seule société et même dans un unique secteur vous mettrait à la merci du moindre faux pas économique. Par exemple, pour prendre l’illustration du secteur automobile, il y a une nette différence de gestion entre PSA et Renault. La traduction sur les indices boursiers est sans équivoque. Cela va encore plus loin avec le cas de Volkswagen qui est une énorme machine à profits.

Par cet exemple vous comprendrez donc que le résultat sur le portefeuille d’un investisseur dans l’automobile sera complètement différent si aucune diversification n’aura été faite : un fort gain avec VW et une lourde perte avec PSA.

Pour limiter votre exposition, diversifiez vous. Composez un portefeuille de plusieurs secteurs et dans chaque secteur de plusieurs entreprises. Passez par des OPCVM si vous ne maitrisez pas bien l’économie d’une activité. Vous achetez ainsi une évolution globale et non pas celle d’une seule société.

 



J'aime Je n'aime pas
404 personnes aiment ça et 300 n'aiment pas.

Commentaires (0)






Tags autorisés : <b><i><br>Ajouter un nouveau commentaire :



Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Avec des taux historiquement bas et qui battent des records de mois en mois, la période est propice aux investissements immobiliers, d’autant que les prix des biens sont contenus par un marché atone. Ces conditions de crédit favorables ne doivent pas baisser votre vigilance sur les conditions de prêt que vous proposent les établissements financiers. Voici quelques points à contrôler avant de valider l’offre de votre conseiller bancaire et pourquoi pas faire jouer a concurrence…