Le CEL

CELLe CEL a un fonctionnement très proche d’un livret bancaire classique. Vous pouvez y verser des fonds et le récupérer à tout moment. Le dépôt minimum est de 300€ et maximum de 15.300€. Il n’y a pas d’obligation de versement sur ce compte et il ne supporte aucun frais de fonctionnement.

Le CEL a une rémunération très faible. Elle est aujourd’hui de 0,75%. Elle est susceptible de changer pendant sa durée de vie après décision des autorités publiques. Donc à l’inverse du PEL qui a une rémunération fixe, le CEL peut voir celle-ci varier.

Le CEL n’a clairement pas pour vocation une bonne rémunération de votre épargne. Son intérêt réside dans le taux du prêt qu’il vous apporte qui est de 2,25% jusqu’à 23.000€. Les objets de financement sont les même que pour le PEL à savoir : acquisition de la résidence principale et certains travaux d’amélioration. Nous vous conseillons donc d’ouvrir un CEL et de le laisser couler plusieurs années. Le jour où vous effectuerez des travaux dans votre habitation vous pourrez bénéficier du taux avantageux de son prêt.

La fiscalité du CEL ne supporte que les prélèvements sociaux (15,5%). Vous n’avez donc pas à déclarer au titre de l’impôt sur le revenu les intérêts perçus par un CEL.



J'aime Je n'aime pas
771 personnes aiment ça et 653 n'aiment pas.

Commentaires (0)






Tags autorisés : <b><i><br>Ajouter un nouveau commentaire :



Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Baisse des taux : les points à négocier pour votre…

Avec des taux historiquement bas et qui battent des records de mois en mois, la période est propice aux investissements immobiliers, d’autant que les prix des biens sont contenus par un marché atone. Ces conditions de crédit favorables ne doivent pas baisser votre vigilance sur les conditions de prêt que vous proposent les établissements financiers. Voici quelques points à contrôler avant de valider l’offre de votre conseiller bancaire et pourquoi pas faire jouer a concurrence…